La culture pour juguler la crise sécuritaire

Conférence publique du collectif ''Burkina débout''

C'est par un panel qu'a démarré le 3 è anniversaire des attentats du Café Cappuccino et de l'hôtel Splendide de Ouagadougou, le 15 janvier dernier. A cette occasion, le collectif ''Burkina débout'' en partenariat avec le Ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme a organisé une conférence publique sur le thème : <<L’art de la guerre, la culture en temps de peine>>. Pour ce faire, ce sont d'éminentes personnalités de la culture, en l'occurrence le Pr Albert Ouédraogo, le Conseiller technique du ministre, Dr Dramane Konaté, le promoteur des

Récréatrales, Étienne Minoungou ainsi que du Directeur général du CENASA, Seydou Zongo, dit Zedess qui ont été sollicitées pour partager leurs vues sur la question. Durant une demi-journée, Ils ont tenu en haleine le public de la salle Koamba Lankoandé où s'est tenue la conférence. Tour à tour, chacun allant de son aura, a démontré combien la culture peut contribuer à la résorption de la crise sécuritaire. Si Dr Dramane Konaté présente la poésie et la musique comme un antidote efficace contre les crises sociales, Étienne Minoungou quant à lui, appelle les artistes et les hommes de la culture à élever la voix pour <<donner l'espérance et la solidarité à notre vivre ensemble>>. Zedess, de son côté, estime que la culture est le dernier rempart contre la prise de la citadelle. D'où cette conclusion du Pr Albert Ouédraogo, <<il faut créer l'unité sacrée autour de ce qui nous est cher : le Burkina Faso.>>